La vie sent quoi?

by Ceili Moss

supported by
/
  • Immediate download of 12-track + one bonus (hidden) track album in your choice of 320k mp3, FLAC, or just about any other format you could possibly desire.

     €5 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD)

    The album on CD in regular jewelcase, with a 12-pages booklet with all songs lyrics and drawings by Aurélie Collard / L'album sur CD, en jewelcase classique, avec un livret de 12 pages reprenant tous les textes et des dessins d'Aurélie Collard. / Het album op CD in jewelcase, met een 12-bl. boekje met alle liedteksten en tekeningen van Aurélie Collard.

    Includes unlimited streaming of La vie sent quoi? via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

     €9 EUR

     

  • Compact Disc (CD)

    Same as above, autographed by the band members.

    Includes unlimited streaming of La vie sent quoi? via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

     €10 EUR or more

     

1.
2.
04:23
3.
06:02
4.
(free) 04:00
5.
(free) 03:06
6.
02:29
7.
8.
(free) 03:30
9.
10.
11.
12.

about

The fourth album by one of Belgium's leading folk-rock acts.

credits

released October 13, 2010

Recorded and produced by Gerald Jans at Noise Factory studio (Namur)
Sleeve illustration and design by Aurélie Collard

tags

license

feeds

feeds for this album, this artist

about

Ceili Moss Namur, Belgium

Red hot pan-European folk-rock. That’s how you might describe us in a few words. G.Williams (Widdershins) said it best: "They're not as punk as The Pogues, but they have a bit of that attitude and it gives them an edge many groups lack".

Original songs, mistreated traditionals, we take it all, put it in our cauldron and whoever says it's not "orthodox" or "as it should be" gets a smack bottom
... more

contact / help

Contact Ceili Moss

Streaming and
Download help

Track Name: Le fléau de Dieu
Au fond de chaque homme, y’a un prophète qui dort
Et quand il se réveille, ça fait des morts
De grands massacres au nom d’un tout-puissant
Qui, paraît-il, nous aime, c’est étonnant
Pour ceux qui n’ont pas encore tout capté
Voici un catéchisme résumé
Qui fonctionne en latin ou en arabe,
En hébreu, en sanskrit, ça reste valable :

« les femmes au foyer, les sodomites au bûcher, tous les autres AU PIED!
Et puis surtout, surtout, surtout: par ici la monnaie ! »

Les curés, les bonzes et puis les imams,
Les rabbins, muftis et tous les brahmanes,
Ne nous aiment qu’en esclaves bien rampants
Ou en cadavres se décomposant
Je livre à l’esprit de tous les fidèles
Une profession de foi universelle
Les mains jointes et la bouche en coeur
Chantent ensemble pour votre saigneur:

« Le Seigneur est mon berger, je serai tondu puis égorgé et pour sa gloire et ses palais
Je donnerai mon fric, ma femme, mon sang et surtout j’obéirai »

Ceux qui vénèrent le pouvoir et l’argent
Qui ne savent prier qu’en aboyant
Ceux qui sans doute craignent tellement l’enfer
Qu’ils s’y préparent en le faisant sur terre
Ceux qui confondent un craintif silence
Avec le respect de leur éminence
Ceux qui ne dansent pas sur les violons
Mais les brisent ou les mettent en prison :

Psychpates ou escrocs, ils n’en veulent qu’à nos peaux, ou bien à nos lingots.
Ce sont des menteurs, voleurs, usurpateurs, n’en croyez pas un mot.

« Tuez, tuez, tuez les tous ! Dieu reconnaîtra les siens.
Tuez, tuez, tuez les tous ! Dieu les reconnaîtra bien. » (bis)

Les curés au bûcher, les rabbins lapidés, les imams explosés alors
Peut-être que ce jour-là le bon Dieu osera enfin se montrer !
Track Name: La vie sans toi
Le jour où t’es partie, j’ai bien cru que j’allais
Passer les dix ou quinze prochaines années à pleurer
Perdre mon boulot pour sombrer dans la misère
Et finir en clodo à la soupe populaire


J’en suis le premier surpris mais voila
La vie sans toi c’est pas si dur que ça
Je m’y suis facilement adapté
Je me suis même remis à écrire et à chanter


Quand tu m’as laissé choir comme une vieille crasse
J’ai foncé chez un psy pour limiter la casse
A la fin d’la séance, il m’a dit « cher monsieur
Vous n’avez plus b’soin d’moi, vous allez déjà mieux »


Je n’en reviens toujours pas de me voir
Emerger aussi vite de ce brouillard
Tellement acide qu’il m’a presque rongé
Dans lequel tu m’avais profondément plongé


C’est du vinaigre qui coule dans tes veines de cuir
T’avais pas ton pareil pour me faire me sentir
Plus minable qu’un ver, plus con qu’un plat de nouilles
Et moi j’en redemandais comme un crétin sans ***
Aujourd’hui vive la liberté, les amis et le bonheur
La légèreté et le plaisir le beau temps et les jolies fleurs


Le jour où t’es partie, tu m’as rendu service
Mais chuis pas rancunier, moi je n’ai pas ce vice
Si par hasard un jour tu perdais ton boulot
J'te ferai une recommandation pour Guantanamo


J’en suis le premier surpris mais voila
La vie sans toi c’est pas si dur que ça
Je m’y suis facilement adapté
Je me suis même remis à écrire et à chanter.
Track Name: Que peut-il nous arriver de pire?
Que peut-il nous arriver de pire ?
On a tout vu, tout connu, on a tout essayé
On a tout vu tout connu du moins c’est ce qu’on croyait

On a cru qu’on pouvait s’en sortir
On a même cru qu’on pouvait recoller les morceaux
On a cru qu’on pouvait faire un galion d’un radeau

L’amour c’est brûlant Ca fait mal souvent
Ca fait verser du sang Ca fait perdre du temps

Le temps d’apprendre est souvent bien trop court
Le temps de payer semble ne jamais en finir
Quand on s’enfonce en souriant tout au fond du pire

Ces yeux doux comme le lever du jour
Se mouilleront comme une rivière sans retour
Et ce cœur de nuage te semblera bien lourd

L’amour c’est brûlant…

Les moutons frappent leur têtes
Sur les flancs de la bétaillère
Ils se font une grande fête
Une célébration libertaire
Mais pendant ce temps-là
Le camion poursuit son chemin
Et nos braves moutons
Roulent vers un funeste destin…

Que peut-il nous arriver de pire ?
On a tout vu, tout connu, on a tout essayé
On a tout vu tout connu du moins c’est ce qu’on croyait
Track Name: Morphine sweet
Got myself a space, shiny little space
Where the sun shines so deep it never rains
Got myself in you, little piece of me
Was locked in so tight and yet I never felt this free

And I don't know who's to blame and if there's a fault
All I know for sure is your smell that I adore
You could say that I'm insane, I'm a bit deranged
The result is all the same: I'm so lonely

Fix me, I'm nearly dead, fit me like a glove
The pain I feel will never go unless you strike from above
Get under my skin, flow through my veins
Oh please, do it fast, there's nothing left of me that should remain

And I don't know who's to blame...
Track Name: Quand nous sommes à la taverne
Quand nous sommes à la taverne et que le vin coule à flots
Sachez pour votre gouverne qu'il n'y en a jamais trop
Il n'y a jamais trop de vin, il n'y a jamais trop de bière
Il n'y a jamais trop des bonnes choses que Dieu a mises dans nos verres

Quand nous sommes à la taverne, les gens nous regardent de loin
Ils disent que nous sommes des pochards, des paumés, des moins que rien
Moi je me méfie des gens sobres, de ceux qui se disent Monsieur Propre
C'est bien connu que les tyrans et les bigots sont abstinents

Que je sache Jésus buvait pas de l'eau gazeuse ni du Coca
C'est du bon vin qu'on a servi durant les noces de Cana
Et quand l'heure est arrivée d'affronter un affreux trépas
C'est bien le vin qu'il a béni durant son dernier repas

Primo pro nummata vini
Ex hac bibunt libertini
Semel bibunt pro captivis
Post hec bibunt ter pro vivis
Quater pro christianis cunctis
Quinquies pro fidelibus defunctis
Sexies pro sororibus vanis
Septies pro militibus silvanis
Octies pro fratribus perversis
Nonies pro monachis dispersis
Decies pro navigantibus
Undecies pro discordantibus
Duedecies pro penitentibus
Tredecies pro iter agentibus

Buvons un coup à la mémoire de ceux disparus dans le noir

Buvons des brunes, buvons des blondes, du vin rouge ou bien du blanc
On boira tout ce qu'on trouvera tant qu'il y a de l'alcool dedans
Les ivrognes sont pas racistes, sur ce point vraiment j'insiste
Peu importe la couleur tant que le breuvage à de la saveur
Buvons un bon aligoté, une radieuse ou un saké
Vodka whisky, curaçao, du calva ou du Pernod,
Single malt ou AOC, il est temps de s'enivrer
Du champagne ou une trappiste pour encore un tour de piste
Gewürztraminer ou arak, quelque chose qui casse la baraque

Buvons sans honte et sans remords bien plus qu'il n'est de raison
Le pouvoir d'une bouteille est plus fort que celui d'un canon